Le développement durable : un facteur de réassurance

Oui, le développement durable peut être un réel facteur de réassurance contre le principe de réalité économique !

L’incertitude quant à l’avenir, le désir de transparence, les scandales sanitaires poussent les consommateurs à demander aux marques qu’elles prouvent leur citoyenneté ou leur engagement dans le durable. A condition que ce ne soit pas qu’un simple argument marketing.

 

Dur constat : Deux Français sur trois se disent «plus méfiants» aujourd’hui qu’il y a cinq ans au moment d’acheter un produit ou un service* et 80% estiment d’ailleurs être mal informés sur les produits (origine des matières premières, conditions ou lieux de fabrication)**. Pire encore, selon une étude Havas Media*** , les consommateurs seraient indifférents à la disparition de 73% des marques.

 

Mais cette défiance se résorbe dès lors qu’une marque raconte « son histoire ». Car, comme le souligne Jean-Noël Kapferer, «les marques nous rassurent sur qui nous sommes. Leur première fonction est de réduire le risque perçu ». Et si l’histoire d’une marque constitue le premier facteur de réassurance, elle est aujourd’hui mise en perspective avec un certain devoir de moralité : en s’inscrivant dans la préoccupation des consommateurs, les marques permettent aussi d’acheter « avec conviction ».

 

Les consommateurs ne se contentent plus des normes (NF, UE…) et demandent à être dûment informés sur les packaging ou sur le lieu de vente. Exercice pas toujours simple mais qui se révèle payant : le Made in France, la garantie d’une production locale ou traditionnelle, un élevage non industriel ou encore une chaîne qui participe à la préservation de notre planète… ne sont plus de « simples » arguments marketing. Ainsi, en 2013, 48% de nos compatriotes ont essayé de remplacer leurs produits par des produits durables**. Aujourd’hui, une personne sur trois achète tous les mois une marque qui soutient une cause****. Même si le prix reste encore le facteur principal dans l’acte d’achat, la tendance de la consommation « durable » progresse et s’installe comme incontournable.

 

*selon un sondage réalisé à l’été 2014 par Mediaprism pour 60 millions de consommateurs .

** Etude Ethicity 2013

***conduite en 2013 auprès de 134 000 consommateurs sur 700 marques et dans 23 pays

**** étude Edelman Goodpurpose

 

Auteur :

Isabelle Musnik Isabelle Musnik est fondatrice, directrice générale et directrice des contenus et de la rédaction de INfluencia, lancé en 2004. De nationalité française et britannique, et journaliste économique de formation, elle a démarré sa carrière à l’Expansion et à la Vie Financière. Elle a été éditrice de CB News de 1986 à 2003. Également rédactrice en chef du Guide du Luxe, elle est aussi l’éditrice du Gunn Report for Media qui met en lumière l’innovation média et son efficacité. www.influencia.net

 

 

Commentaire

Laisser un commentaire